Paroles d'élus de l'opposition

JANVIER 2017

Nous adressons tous nos vœux de réussite, bonheur et épanouissement aux Aiffricain-es pour 2017.

Cette année électorale sera l’occasion de nombreux débats sur le projet de société que nous souhaitons, tant au niveau national que local. L’équité et la solidarité sont déjà mises à mal au niveau départemental où les choix budgétaires pèsent toujours plus sur les familles : augmentation des tarifs de la restauration scolaire et des transports scolaires avant que la compétence ne soit transférée à la Nouvelle Aquitaine.

Pour cette nouvelle année, nous formulons deux vœux pour la commune d’Aiffres :

> Maintenir la solidarité

Le programme local d’animation a été voté en fin d’année dernière avec des augmentations de 1 à 3 %, contre 2% l’année précédente. La modulation pourrait être normale si elle permettait de soutenir la participation des familles les plus modestes. Mais c’est l’inverse qu’a choisi la majorité de droite, en augmentant tout le monde de 3% sauf, pour certaines activités, les plus hauts revenus dont les tarifs applicables ne progressent que de 1% !

 

Face à ces orientations budgétaires injustes, nous serons particulièrement vigilants au maintien de la gratuité et de la qualité des activités périscolaires dont nous souhaitons le maintien.

 

Au-delà des jeunes et des familles, nous invitons également à repenser le lien avec les anciens qui ne peut se limiter à un goûter annuel !

> Soutenir la vie associative, culturelle et sportive

Après des propos inquiétants sur l’aide modeste mais indispensable que consacre la commune à la solidarité avec la ville jumelée d’Amlamé, après un marché de Noël commercial monté en concurrence de celui de la Maison Pour Tous, et alors que la municipalité travaille sur de nouvelles règles de subventions, devons-nous craindre une reprise en main de la programmation culturelle et une baisse du soutien aux associations aiffricaines ?

 

En septembre prochain aura lieu une nouvelle édition du forum des associations, initié il y a bien des années et réactivé en 2015.

Ce moment symbolique est celui des associations qui y montreront leur diversité et leur dynamisme. Mais les associations ont surtout besoin d’un soutien et d’une reconnaissance tout au long de l’année…

 

En ce début d’année, nous voulons saluer l’engagement quotidien des agents municipaux, titulaires et contractuels, dont les missions sont sans cesse plus complexes mais dont le sens du service public contribue à l’attractivité et à la qualité de vie de notre commune.

 

• JUIN 2016

Aiffres, toujours pas de solidarité à l’horizon ! Il y a près d’un siècle, des réfugiés espagnols trouvaient refuge à Aiffres, face à la guerre. Aujourd’hui, aucune initiative, ni à la mairie, ni à la CAN, au-delà des paroles de compassion, face au drame des réfugiés syriens. D’autres communes deux-sévriennes ont été à la hauteur des valeurs de fraternité et de solidarité que nous célébrons en cette veille de 14 juillet et à chaque commémoration. À Aiffres, le choix est celui d’un attentisme coupable. L’histoire jugera.

> Pause fiscale

Loin des promesses de campagne, la droite a de nouveau choisi d’augmenter les impôts à Aiffres dans la même proportion que l’an dernier : +2,36 % en 2015, +2,3 % en 2016. L’argumentaire de la baisse des dotations et de l’augmentation des charges, le fameux « effet ciseau », ne suffit plus.

 

Construire un budget est avant tout affaire de choix. Nous ne pouvons soutenir un programme d’investissement au-delà de 400k€, certes ambitieux, mais pas réaliste. L’an dernier déjà, il n’a été réalisé qu’à moitié des intentions. De même, nous n’avons eu aucune explication satisfaisante sur la hausse des dépenses de communication (+80,5%) et des fêtes et cérémonies (+38,6%).

 

Nous n’avons donc pas voté ce budget et avons appelé l’exécutif à la modération fiscale pour l’an prochain. Message entendu, nous serons vigilants.

> Un projet culturel pour les Aiffricains

L’accès à la culture est essentiel pour le bien-être et la cohésion sociale. Nous ne voulons ni sacrifier la qualité des manifestations culturelles proposées aux Aiffricains ni céder aux seules sirènes de la rentabilité avec des places à près de 50€ pour des spectacles à Tartalin !

 

Face aux velléités libérales et populistes, nous réaffirmons notre soutien aux professionnels et bénévoles de la Maison Pour Tous, qui savent équilibrer l’exigence de qualité avec l’impératif d’accessibilité au plus grand nombre de la programmation culturelle.

 

Ne pouvant que regretter l’arrêt des Nuits Romanes qui, à Aiffres, permettaient d’allier mise en valeur du patrimoine roman et découverte musicale, nous soutenons la recherche d’un évènement culturel à l’échelle de la nouvelle région.

 

En cette veille de pause estivale pour les élèves aiffricains, nous rappelons qu’une réflexion est en cours, à laquelle nous participons, sur l’avenir des écoles. Nous serons attentifs afin qu’aboutisse un projet structurant pour le territoire, équilibré et porteur d’avenir. Nous souhaitons à tous de pouvoir profiter pleinement de l’été qui commence.

 

• JANVIER 2016

Tous nos vœux de bonheur, santé et prospérité pour chaque Aiffricain-e en cette nouvelle année 2016 ! Triste année 2015, des meurtres de Charlie aux lâches attentats de Paris, en passant par la lancinante montée et inquiétante banalisation des idées de la droite extrême, nous avons besoin de défendre notre modèle du vivre ensemble, ouvert et solidaire. Au-delà des intentions et des mots, qu’en est-t-il de la contribution de la ville d’Aiffres aujourd’hui ?

 

L’animation périscolaire, même de qualité, ne peut longtemps masquer l’abandon d’une ambition jusque-là forte à Aiffres. Rappelons que nous avons voté contre le programme local d’animation car la baisse du coût des activités proposées s’est étonnamment accompagnée d’une hausse de tarifs uniquement pour les familles aiffricaines !

 

Force est de constater que de la position fermée du maire de Niort, président de la CAN, soutenue par la droite aiffricaine, aux petits renoncements de l’équipe municipale, la solidarité ne semble plus être une priorité. Prenons le cas du jumelage Aiffres-Amlamé.

 

En mars 2006, la signature de la convention de jumelage entre les villes d’Aiffres et Amlamé (Togo), en présence de membres de l’association AJAMÉ et du maire Alain MATHIEU, posait les bases d’un partenariat constructif. Dès lors, la contribution de la ville d’Aiffres associée à la participation des aiffricaines aux manifestations organisées par AJAMÉ, jamais démenties, ont constitué des éléments essentiels pour le développement et l’avenir d’Amlamé

 

Certains faits nous interpellent. Pour la première fois :

- seule, parmi toutes les subventions aux associations, celle versée à AJAMÉ a baissé de 25% en 2015,

- aucun élu de la nouvelle majorité, n’a participé au voyage bisannuel au Togo ni d’ailleurs à la soirée africaine du 21 octobre 2015, organisés par AJAMÉ,la rubrique trimestrielle, dans Objectif Aiffres, consacrée à nos relations avec nos amis d’Amlamé, n’existe plus.

 

Étonnant ! Le tableau, offert par nos jumeaux à la municipalité en 2006 pour sceller l’acte de jumelage, a déserté le bureau du maire pour une destination inconnue.

 

Désengagement, désintérêt ? En tous cas, ce ne sont pas vraiment des signes positifs à l’heure où pavoisent ceux qui n’ont comme seul projet que le rejet de l’autre. 

 

• SEPTEMBRE 2015

Deuxième numéro d’Objectif Aiffres, financé par un renfort de publicité et écrit pour l’essentiel (hormis cet article) par des professionnels de la communication. Autant le dire, ce n’est pas notre conception d’une communication responsable. Pour autant, nous pensons comme la droite que ce magazine est un trait d’union essentiel entre les Aiffricain-e-s.

> Un magazine pour quoi faire ?

Trop souvent cachés ou ignorés du plus grand nombre, talents, savoirs, savoir-faire, passions sont les atouts de notre vie économique, sociale, culturelle et sportive. Le rôle d’une communication responsable est de vous donner la parole, de mettre en valeur les richesses de notre commune, de vous informer mais aussi de rendre compte de l’action municipale de façon non partisane…

> Un marché à Aiffres ? Pourquoi pas…

L’expérience a déjà été tentée par la même majorité. La voie est étroite entre les marchés de Niort et Prahecq le samedi et celui de Vouillé le dimanche. Si nous soutenons cette nouvelle tentative, nous regrettons que l’on ait omis de dire que moins de 100 personnes avaient répondu au questionnaire soumis à la population et que l’option choisie « nourriture et artisanat d’art » soit minimaliste. Pour développer une offre complémentaire de l’économie locale, nous aurions préféré un marché fermier faisant la place aux circuits courts et autant que possible au bio.

> Un nouveau forum des associations à la rentrée

Là encore, l’idée n’est pas nouvelle. Notre vie associative est riche et il est d’autant plus utile d’aider chaque association à se faire connaître et mettre en valeur ses actions et projets. Au-delà d’un forum, c’est au quotidien, dans le respect et l’équité que le soutien aux associations doit se manifester, particulièrement quand elles concernent majoritairement des Aiffricain-e-s. La politique du paraître et de l’auto-célébration ne peut être l’alpha et l’oméga d’une communication municipale qui n’a pour l’heure d’ambitieuse que l’explosion de son budget.

> Côté développement durable

Au-delà du recyclage des idées et des actions soutenues par une certaine presse locale bienveillante, il nous semble qu’il faut donner sens à l’action municipale. De l’international au local, les enjeux, le contexte et le calendrier imposent d’inscrire notre engagement au service du développement durable.

Celui-ci ne saurait se réduire à quelques papillons saluant une gestion environnementale déjà ancienne… Nous prônons une action tournée vers la responsabilité sociale : lutte contre la précarité énergétique, solidarité envers les plus fragiles, développement de l’économie circulaire, renforcement de l’alimentation scolaire biologique, soutien des initiatives citoyennes... Construire à Aiffres la ville durable de demain !

 

Cet article est limité à 400 mots par la volonté du maire.

 

• MAI 2015

Un an maintenant que la Droite a pris les commandes de la municipalité. Premier budget et exercice difficile où derrière les grandes évidences que nous partageons (baisse de dotation, hausse de la contribution au service incendie), se cachent des choix budgétaires moins visibles mais ô combien révélateur …

> Le budget : la sincérité à l’épreuve des faits

Un budget prudent en fonctionnement et ambitieux en investissement ? Des dépenses annoncées globalement en hausse de 3,9% par rapport au compte financier 2014 :

- budget communication : +100%

- études, cabinets d’audit : +316%

- baisse de l’aide au jumelage Aiffres/Amlamé: -25%

> Mais aussi, quelques promesses non tenues...

- taxe d’habitation et taxe foncière sur le bâti : +2,36%, après avoir promis en 2014 aux électeurs de « contenir la fiscalité»,

- maintien du cumul d’indemnité : lors du conseil municipal du 24 avril 2014, le Maire s’est engagé à revoir ses indemnités à la baisse en 2015. Interrogé le 26 mars 2015 sur cet engagement non tenu, il nous a répondu -sans rire- que l’année n’était pas terminée !

 

Le Maire propose un programme de travaux de 500.000 € peu soutenable, techniquement et financièrement. Il implique une renégociation de la dette, étalée sur 20 ans, à léguer à nos enfants.

Nous avons donc voté CONTRE ce budget dont la sincérité n’est pas assurée.

> La communication : une ambition contrariée

Communiquer pour informer les Aiffricains et faire connaître nos manifestations et nos installations… OUI !

Utiliser la presse locale en faisant financer un publi-reportage par nos impôts (1639 €)…. NON ! Force est de constater que cela n’aura pas suffi à assurer la notoriété recherchée !

Communiquer pour promouvoir la vie associative, culturelle et sportive, les entreprises et les artisans de notre commune…

OUI !

Faire financer le magazine municipal (après l’agenda) par de la publicité (une agence de communication a été chargée de trouver des annonceurs) payée par l’économie locale… NON !

La politique du paraître et de l’auto-célébration ne peut être l’alpha et l’oméga d’une communication municipale qui n’a pour l’heure d’ambitieuse que l’explosion de son budget

 

Face à une équipe qui s’annonce « sans étiquette » mais s’engage avec la Droite, désormais départementale, le doute n’est plus permis.

Si nous soutenons les projets et décisions du Maire que nous jugeons positifs pour les Aiffricains, nous assumons, sans dogmatisme, notre engagement à gauche pour les valeurs de progrès.

 

• OCTOBRE 2014

Rentrée ! Le mot est lâché. Pour nombre de foyers aiffricains, qu’ils soient ou non concernés directement par la rentrée des classes, ce moment est synonyme de changement. Une rentrée marquée par la seconde année de mise en place des nouveaux rythmes scolaires d’une part et l’utilisation de la nouvelle salle omnisports d’autre part.

> Les rythmes scolaires

Une réforme réussie à Aiffres, grâce à l’implication de la communauté scolaire (enseignants, parents, personnels administratifs), mairie et associations. Deux enquêtes, approfondies et gratuites, l’ont montrée.

 

La mairie souhaite faire néanmoins un audit pour 4200 € ! Si un bilan régulier doit être fait et des adaptations toujours possibles, nous resterons vigilants pour que les moyens aillent d’abord aux enfants et défendrons la gratuité des activités, la qualité des intervenants, la possibilité de repas le mercredi, l’intérêt des enfants et des familles.

> Un nouvel équipement sportif

Réalisation phare de la municipalité précédente, la nouvelle salle omnisports, située à Tartalin, a été inaugurée vendredi 30 juin dernier. Chacun a pu apprécier la qualité architecturale et la praticité de cet équipement attendu de longue date.

 

Contrairement aux besoins qui ont présidé à sa construction, la première attribution des créneaux aux clubs sportifs semble en réserver très largement l’usage à un seul sport. Nombreux sont ceux qui s’en sont étonnés car cela n’avait pas été l’engagement initial du maire.

 

Nous demandons à ce que l’usage des installations sportives de la commune soit équitablement réparti entre tous les sports.
Nous demandons également à ce que la priorité soit donnée aux besoins des clubs aiffricains ou accueillant des Aiffricains lorsqu’il n’y a pas de club local. 

> Notre action

Deux conseils municipaux ont eu lieu depuis la dernière parution. Sur 24 délibérations, nos votes ont été : 18 pour, 6 abstentions.


Nous avons soutenu les avancements des personnels, l’augmentation de la dotation au CCAS, la construction de logements sociaux, l’adhésion à Résalis.

 

Le maire nous a par ailleurs informés qu’il souhaitait revoir rapidement les liens avec la MPT : gestion de Tartalin, petite
enfance… Nous serons particulièrement attentifs et ne manquerons pas de vous tenir au courant de ses décisions.

 

En cette rentrée, nous accueillons Joël FLAMEIN qui siège désormais parmi les élus d’opposition. Il remplace Nadine MATHIEU qui a du renoncer à son mandat pour des raisons personnelles. Elle poursuit néanmoins son engagement à nos côtés. Son investissement et ses compétences nous seront précieux. 

> Nous contacter

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.